Article 22 : Au nord, au nord, bien plus au nord

28 au 30 septembre 2019

Nous prenons quelque temps pour prendre conscience que nous sommes vraiment en Finlande le lendemain matin. Le fait d’avoir traversé le golfe de Finlande en quelques heures nous a transporté d’un monde à un autre sans réelle transition. Nous descendons du monticule surplombant le port où nous nous étions arrêtés pour la nuit prenant la direction de Helsinki, qui se situe à quelques kilomètres à l’ouest du port de Vuosaari. Nous décidons de traverser la ville d’Helsinki en voiture, pour avoir un aperçu de l’atmosphère de ville où les gens sont les plus « heureux » du monde. Un certain calme se dégage de la capitale finlandaise, même si notre rapide traversée ne nous permet pas de réellement comprendre le fonctionnement de la ville. Après toutes les villes que nous avons vues au cours de ce voyage, c’est surtout une certaine platitude et un ennuie qui se dégage de cette ville, où rien ne dépasse, et tout semble ordonné. Du fait de notre planning serré en Scandinavie (que nous voulons traverser en une semaine), nous ne pouvons pas nous éterniser dans les zones urbaines, qui consomment beaucoup de temps. L’objectif de la journée est d’atteindre les alentours de la ville de Vaasa, et de longer le golfe de Botnie qui sépare la Finlande de la Suède. En 200km, nous rejoignons le niveau de la cote. Les routes sont bonnes, et nous pouvons avancer à un bon rythme. De nombreuses personnes nous avaient prévenus que les routes Finlandaises n’offraient pas les meilleurs paysages de la Scandinavie, et nous avons en effet pu confirmer cela. Il s’agit s’un pays plat, constitué principalement de forêts. Nous retrouvons donc les mêmes paysages qu’en Russie, même au niveau de la route longeant le golfe. Cette première incursion dans les terres Scandinaves est en fait une source de grande frustration pour nous, qui nous attendions à être ébahis par les paysages impressionnants auxquels nous nous attendions. Cette frustration est doublée par le fait que nous n’apercevons à aucun moment l’eau depuis la route qui longe le golfe. La route nous fatigue donc beaucoup, et alors que nous nous approchons de la ville de Vaasa, nous commençons à chercher un endroit où camper. Nous commençons par prendre les petites routes qui mènent à la mer, sans succès puisque les endroits au bord du golfe sont soit inaccessibles, soit construits. La Finlande ne nous réussit décidément pas… Nous finissons donc par repiquer dans les terres, et empruntons un petit chemin qui nous mène à un petit coin de terre dans une forêt en cours de défrichage. Il n’y a pas de vue sur l’eau, mais nous sommes tranquilles. Nous profitons des deux petites heures de soleil qu’il nous reste pour vider la voiture, et réarranger nos caisses, partant du principe qu’il nous restait deux petites semaines de voyage, et que nous pouvons d’ores et déjà commencer à sélectionner les affaires dont nous ne nous servirons plus. C’est également le moment de planifier les différentes routes que nous pouvons prendre en Scandinavie. Le constat est simple, pour s’en tenir à notre planning, nous devrons sacrifier au moins une journée si nous voulons nous éviter de rouler moins de 400km par jour jusqu’à la fin… Nous prenons la décision d’atteindre les abords de Rovaniemi, au niveau du cercle polaire, et accessoirement la ville du Père Noël.

Cap sur le nord, en ce 29 septembre 2019. Rovaniemi si situe à 500km au nord de la ville de Vaasa. Nous nous attendons à rouler beaucoup, et repartons sur notre principe de base qui était, de ne pas avoir d’attente sur les endroits que nous allons visiter, considérant la déception de la veille… Le foret continue, mais nous offre un tout autre aperçu alors que nous grimpions vers le cercle polaire. Une couleur jaunâtre automnale remplace le vert qui nous entourait depuis un mois, pour une atmosphère assez singulière. La nature change alors que nous nous sommes séparés du golfe de Botnie. En fin de matinée les champs que nous longeons sont densément peuplés de cerf et de daims. Enfin, nous sentons un réel changement de paysage qui nous propulse dans un autre chapitre du voyage. Les 500km de ce jour-là passent beaucoup plus simplement que les 400 de la veille, et le moral est au rendez-vous, alors que nous nous approchons du cercle polaire. Les températures descendent, et nous cherchons un endroit où il serait possible de nous laver. Nous avons donc l’idée d’approcher des hôtels pour leur demander d’utiliser leurs douches et de dormir dans la voiture sur leur parking pour limiter les frais. Sur internet, nous tombons par hasard sur une maison d’hôte, qui comporte un sauna à quelques kilomètres de là où nous nous trouvons. D’abord hésitants, en entrant sur la propriété, nous sautons dans le grand bain pour partir à la rencontre des hôtes. Nous expliquons notre situation, et à notre grande surprise, on nous propose de nous doucher et d’utiliser le sauna, avant de nous offrir le chalet pour la nuit, pour 15 euros par tête… On nous explique, qu’il n’y a pas de chauffage, et qu’avec la fin de la saison, la maison d’hôte est techniquement fermée, mais qu’ils peuvent tout de même nous donner accès à leurs prémices, si cela ne nous dérange de ne pas avoir de chauffage. S’attendant à dormir dehors, nous sommes extrêmement satisfaits du contrat proposé. Nous avons donc un accès total à la maison, la cuisine, la salle de bain, et le sauna pour une bouchée de pain pour ce pays qui est l’un des plus cher d’Europe (et donc du monde). Nous en profitons pour faire une machine, avant de sauter dans le sauna et nous ressourcer. La dernière douche datant de Moscou, nous nous lavons avec un grand plaisir, et un immense sentiment de gratitude envers nos hôtes. Nous nous couchons de bonne humeur, ayant retrouvé le luxe d’avoir une cuisine, et une salle de bain à portée de main !

Le lendemain matin, nous remercions nos hôtes, et reprenons la route pour Rovaniemi. Le village du Père Noël, à valeur hautement symbolique est constitué de quatre maisons de bois, et vise principalement les touristes. Fin septembre n’est probablement pas la meilleure saison pour nous rendre dans cet endroit, puisque nous comprenons rapidement que la « magie » du lieu est bien plus palpable sous un soleil d’été ou sous un journée hivernale enneigée. Nous nous baladons donc, un peu las, dans ce lieu où nous ne nous sentons pas à notre place. Un peu gênés de nous approcher de l’antre du Père Noël, et de la salle dans laquelle il attend patiemment les touristes défiler, et prendre des photos avec lui pour la modique somme de 40 euros. Benjamin, un peu moins en retrait commence à discuter avec lui. Racontant un peu notre projet, et la cause pour laquelle nous voyageons, il nous invite à prendre une photo avec lui gratuitement. Un beau cadeau, apparemment, cela nous fera de bons souvenirs de notre escapade au-dessus du cercle polaire !

Un petit café, et nous repartons en direction de la ville de Lulea en Suède, se situant un peu en dessous du cercle polaire, 250km à l’est de Rovaniemi. Nous décidons de prendre les petites routes, afin de passer la frontière au-dessus du cercle polaire. La qualité de la route se dégrade, alors que nous avions pris l’habitude des routes parfaite de Scandinavie. Juste après être entrés en Suède, nous repiquons vers le sud, et dépassons la ville de Lulea en fin d’après-midi. Pour camper, nous trouvons un petit bout de paradis, au bord d’une plage sur les berges du lac Pålsträsket. Nous nous sentons seuls au monde, et il fait beau. Nous savourons ce moment délicieux, face au lac et dans le calme le plus absolu.

Partager sur facebook
Share on Facebook
Partager sur twitter
Share on Twitter
Partager sur linkedin
Share on Linkdin
Partager sur pinterest
Share on Pinterest

Leave a comment